Interview – Dreamy

Dreamy

Illustratrice et auteur de bandes dessinées, Dreamy partage sur la toile son amour du dessin et du Japon depuis 5 ans en touchant à toutes les plateformes : blog, webcomics, vidéos sur Youtube, livestreams... Après de nombreux séjours dont un an à Tokyo et un an à Nara, elle dépeint les bons mais aussi mauvais côtés du pays, la culture, les traditions, les paysages.

Que représentait le Japon pour toi avant d’y poser le pied ?

Comme beaucoup de gens nés dans les années 80, mon premier contact avec le Japon fut les dessins animés et les manga. Donc les uniformes scolaires, la nourriture, les temples, les sakura, les onsen… Ce cliché éternel du pays à la fois moderne et traditionnel. Et puis, à un moment, on a envie de le voir par ses propres yeux, on a envie de manger des ramen, de traverser le carrefour de Shibuya, de faire un karaoké, de pêcher des poissons pendant un matsuri, d’écrire ses vœux sur une tablette ema… Tous ces petits trucs un peu fantaisistes pour nous mais tellement ancrés dans la culture nippone.

Dreamy5Tu es illustratrice et dessinatrice BD. Est-ce le manga qui t’a amené à visiter le Japon ?

Absolument ! J’ai appris à dessiner toute seule en lisant Sailor Moon et Ranma ½. Je les recopiais ou créais mes propres planches avec des nouvelles Sailor, ou bien Ryoga qui finit ENFIN avec Ranma fille (c’était mon fantasme d’ado). Bizarrement avec le temps, j’ai décroché. Déjà en école d’art, on m’a reproché d’être « trop manga ». Je me suis petit à petit tournée vers d’autres formes d’art (ce qui est bien pour l’ouverture d’esprit même si je pense que j’ai perdu une partie de moi-même). Puis ensuite, après être allée au Japon, cette overdose de manga partout, je n’en pouvais plus, je ne voulais plus en entendre parler. Aujourd’hui, j’essaie d’y revenir mais ce n’est plus mon truc – même si l’influence restera quelque part dans mon style.

Quel fut ton premier choc en arrivant sur le sol nippon ?

« Qu’est-ce qu’il fait chaud ! » : premier choc en sortant de l’avion, en plein juillet où l’air est humide (aaah l’été japonais !). Bon sinon, « Wow les rues sont tellement propres », « C’est dingue ce sentiment de sécurité », « Y a tellement de monde ! », « TOUTES les filles sont jolies ou quoi ? ». Enfin je vous apprends rien.

Après plusieurs séjours, tu es passée de touriste à résidente. Comment saute-t-on le pas ?

Je ne suis pas du genre aventureux, demandez à mes amis. Et pourtant en 2010, grosse période de déprime à Paris. Je ne trouvais pas de travail, je voyais mes amis partir aux quatre coins du monde, notamment mes deux meilleurs amis qui ont fait un PVT au Japon. Je suis allée leur rendre visite, et c’est là que je me suis dit que moi aussi je voulais tenter cette expérience. Voir le quotidien, en savoir plus sur cette culture, voir un peu du pays si possible (je n’étais restée qu’à Tokyo), pourquoi pas apprendre la langue… Du coup, le temps de me préparer et d’économiser, je suis partie un an en 2012 à Tokyo (en PVT). Puis encore un an à Nara (en étudiante). Il y a eu beaucoup de hauts et de bas, de belles rencontres, des beaux paysages… J’aimerai toujours ce pays. Par contre, je sais aujourd’hui que je ne souhaite pas y vivre sur le long terme.

Peux-tu nous raconter l’expérience la plus insolite que tu as vécue au Japon ?

Je sais que le Japon c’est le pays de l’insolite mais j’ai toujours du mal à répondre à cette question. J’ai plus en tête des moments clés dont je me souviendrai toute ma vie. Voir le soleil se lever le 1er de l’an à Enoshima. Grimper en haut de la pagode Chureito en pleine saison du koyo et rester des heures tellement c’est beau. Le mariage d’un ami. Le décès d’un autre. La réalisation de ma première BD (Nathalie Cookbook). Bon OK, boire des verres avec le dessinateur de Hokuto no Ken c’était bien fun aussi.

J’ai une question rituelle sur la spécialité culinaire japonaise préférée des personnalités que j’interviewe. Mais si nous parlions plutôt de Nathalie Cookbook ?

comic_nath4Ah super transition ! Et bien c’est une BD sortie chez Ankama Editions fin 2012. Je l’ai créée avec Nathalie Nguyen, finaliste à MasterChef saison 2 (qui est une amie de longue date). Elle finissait l’émission, je créais mon blog BD, Nani Nani, en rapport avec le Japon… Un soir, sur un coup de tête, on s’est dit « et si on faisait des recettes en BD ? ». Le lendemain naissait la recette des onigiri, début d’une série de recettes japonaises que l’on postait toutes les semaines chacune de notre côté. Comme les gens nous demandaient « à quand le livre ? », on s’est tournées vers Ankama  – nous sommes toutes les deux fan de Maliki – et ils ont accepté. Maliki en personne a même dessiné le dernier chapitre (un grand moment de ma vie). C’est donc une BD qui met en scène Nathalie avec des histoires et des vraies recettes, c’est rigolo, un peu geek et ça s’adresse à tout le monde.

Peux-tu nous parler de ta chaîne Youtube ?

C’est une chaîne sur le dessin que j’ai commencée début 2015. Au début, je me filmais en train de dessiner, notamment avec des Copic (feutres à l’alcool japonais), pas très connus en France et un peu techniques à utiliser, d’où ma volonté de montrer ce qu’on peut faire avec. Je fais également des vidéos au Japon quand l’occasion s’y prête : montrer les sakura de Yoshinoyama ou encore qu’est-ce que le Setsubun (avec mon ami Jordy Meow). Et depuis peu, je dessine en live via la plateforme Twitch et je reposte ces vidéos sur ma chaine. Ça me fait de la compagnie, y a beaucoup de bonne humeur, c’est super niveau entre-aide et motivation.

Suis-tu d’autres Youtubeurs ?

Oui forcément ! Les classiques en rapport avec le jeu vidéo et le cinéma qu’il n’ait plus besoin de citer. Sinon quelques artistes qui m’inspirent en ce moment : Tori, Audra Auclair et Mary Doodles. Et niveau Youtubers sur le Japon, bien sur les copains : David Minh Tra, Ichiban Japan, Bene no Fukuoka, Laura & Fran. et j’aime beaucoup les anglophones Rachel & Jun qu’on ne présente plus non plus, ils sont aussi sympa en vrai que dans leurs vidéos.

comic_kok2Quels conseils donnerais-tu à celles et ceux qui préparent un voyage au Japon ?

Si c’est pour les vacances : économisez un maximum. Le Japon c’est loin, le coût de la vie est élevé et vous n’aurez peut-être pas l’occasion d’y retourner de si tôt alors ce serait dommage de vous priver sur place, de ne pas acheter ce qui vous plaît, de dormir dans des guesthouses pourries, de passer des journées dans des trains locaux. Sauf si c’est votre façon de voyager ou que ça ne vous dérange pas.

Si c’est pour y vivre : apprenez le japonais. J’ai fait l’erreur de passer un an sans parler la langue et on passe à côté de tout, de tout ce qui nous entoure, on est isolé, on alimente cette barrière qui nous sépare nous et les Japonais (sans parler de si vous voulez vous faire des amis ou trouver un travail). La deuxième année, j’avais le N4 et ça a tout changé. Plus on progresse et plus on a envie de s’améliorer. Il n’y a rien de plus gratifiant que de finalement comprendre quelque chose qui nous était inconnu à une époque.

Finalement, dis-nous quand même, c’est quoi ta spécialité culinaire japonaise préférée ?

Alors, je sais que la cuisine japonaise c’est censée être saine mais j’adore leurs fritures. Les korokke, les tempura et surtout les kushikatsu, qu’on peut trouver en masse dans le quartier de Shinsekai à Osaka.. Ce sont des brochettes qu’on trempe dans l’huile bouillante. Et y a plein de sauces qui vont avec. C’est gras mais le gras, c’est la vie !

Abonnez-vous à notre newsletter

Réseaux sociaux

Le saviez-vous ?

Avant son dépot de bilan en 2006, Kongō Gumi était la plus ancienne entreprise du monde. Cette entreprise familiale d'Osaka spécialisée dans la construction de temples bouddhistes existait depuis 578. On lui dot notemment le château d'Osaka, le temple Hōryū-ji à Nara et le Shitennō-ji.

Conséquence indirecte de la bulle immobilière des années 1980 au Japon, la compagnie n'a pu se remettre du prix du terrain acheté au cours de ces années.

Ses actifs ont été rachetés par Takamatsu Corporation. Depuis décembre 2006, Kongō Gumi continue toutefois son activité, mais en tant que filiale de Takamatsu Corporation.

Convertisseur de devises

Ses bandes dessinées

Vidéo

[Japan] Yoshinoyama, la montagne aux 30,000 sakura ! 吉野山の桜

Une vidéo spécial Hanami tournée avec la collaboration de Jordy Meow.

Suivez Dreamy sur...